Les caisses prioritaires…ou comment passer pour une chieuse !

Lors de ma première grossesse, les caisses prioritaires étaient, du moins au début, comme un passe-droit que les fainéantes utilisent ! C’est vrai, on entend partout que être enceinte n’est pas un handicap, donc je me devait d’être une warrior et je pouvais m’en passer !

Arrivée à 7 mois de grossesse, j’ai un peu changé mon fusil d’épaule. J’ai commencé à me diriger tout doucement vers ces fameuses caisses car, il faut bien l’avouer, je commençais à avoir du mal à me traîner.  Mais voilà, mon éducation de fille de bonne famille me faisait attendre bien gentiment dans la queue qui était bien souvent aussi conséquente qu’aux autres caisses. Je me disais, innocemment, que soit les personnes devant moi souffraient d’un handicap que je ne voyais pas soit que si cela n’était pas le cas, elles me laisseraient forcément passer aux vues de mon bidon !

A celles qui ont encore cette innocence, je vous le dis de suite, arrêtez de rêver debout !!! Car il faut se rendre à l’évidence, que ça soit aux caisses prioritaires, dans le bus, dans le train ou autre, le nombre de personnes qui vous laisseront leur place représenteront…disons…10-20 % maxi ! Eh oui, la grossesse n’apitoie pas mais il faut être réaliste, malheureusement, plus grand chose n’apitoie !

Du coup, pour ma 2ème grossesse, j’ai décidé que cette fois, je serais maîtresse de mon attente aux caisses et ce, dès que mon bidon serait un peu visible ! Et que je me gênerais encore moins lorsque j’aurais avec moi Mininous n°1 qui, après 1 heure de courses, commence à devenir intenable ! Bon, je ne vais pas vous le cacher, vous aux novices des caisses prioritaires, les premières fois, il faut une sacrée dose de courage et une grande force de caractère car vous allez forcément passer pour LA chieuse aux yeux des autres ! Mais dites vous bien une chose, c’est écrit en toutes lettres qu’en passant à ces caisses, ils s’engagent à laisser la place ! Donc puisqu’ils sont aveugles à vos bidous, cet engagement, prenez-le pour eux !

La première fois que je fait mon « caisse-prio-out » pour cette seconde grossesse et que je me suis placée à côté de la caisse avec un grand sourire et mon bidon bien en avant, j’ai eu droit à une râleuse qui a trouvé bon de dire qu’elle aussi allait demander une carte handicapée car elle avait mal au pied. Ce à quoi j’ai répondu : Madame, je ne suis pas handicapée mais enceinte. Et j’aurais pu rajouter : et je ne vous souhaite pas d’avoir un jour besoin de cette fameuse carte que vous prenez à la légère ! Mais je vous rassure, j’ai eu droit à bon nombre de sourires compatissant également. Car oui, les gens ne vous laissent pas passer d’eux-même mais bizarrement, si c’est vous qui faites la démarche, ils vous gratifieront de regards compatissants et bienveillants. Ce qui, soit dit en passant, me donne toujours envie de dire ! c’est ça, fait moi croire que si j’avais gentiment fait la queue, tu m’aurais appelé pour me dire « ohhh mais allez-y Madame ! », prends-moi pour un jambon !

Je suis sûre que certaines ne peuvent s’empêcher de penser : et si il y a une personne réellement handicapée ? Pas d’inquiétude, soit cette personne a déjà pris la liberté de faire comme vous car comme vous, elle en a marre d’attendre que les autres respectent leur engagement, soit elle en profitera pour ce faire connaître (auquel cas, vous la laisserez bien volontiers passer car je vous rappelle nous sommes des filles de bonne famille), soit elle se taira mais vous lui aurez peut être prouvé que l’on peut le faire ! On peut se pointer au tout début de la file et dire « pardon » avec un grand sourire et passer devant tout le monde ! Et la prochaine fois, elle aurait peut être le courage de faire comme vous, de prendre son destin en mains, et de dire merde !

Attention, je le répète, être enceinte n’est pas un handicap ! Et je ne souhaite sincèrement à personne d’être un jour handicapé. Mais franchement, entre les nausées, les aigreurs d’estomac, les jambes lourdes, les cystites, la fatigue (et je reste dans le plus soft pour ne pas dégoutter celles qui ne sont pas encore passées par là), nous pouvons bénéficier de quelques privilèges pendant quelques mois alors pourquoi s’en priver ???? Non ??? Vous ne croyez pas ?? 🙂

Publicités

13 réflexions sur “Les caisses prioritaires…ou comment passer pour une chieuse !

  1. C’est bien les gens ça, pas gentils quand il faut ! Tu as raison de profiter par toi même, c’est tout comme quand t’arrives à la caisse avec un produit et que les autres ont des caddies, personne pour dire « allez-y 😉 » ! Bisous

    J'aime

  2. C’est bien raconté ça! Je n’ai pas d’enfant donc je ne peux pas comprendre pour le moment.
    Perso je prends la caisse prio quand elle est casi vide. Je ne suis pas dans une grande ville donc régulièrement elle est libre donc hop hop hop je passe vite en priant que personne n’en n’aura besoin. Je hais royalement faire la queue!!!!

    J'aime

  3. Tu as bien raison Warrior Girl ! Et en plus ça fait du bien de temps en temps d’être « La Chieuse ». Moi j’aime bien de temps en temps lol A tout de suite 😉

    J'aime

  4. J’en suis passé par là! Tu as raison! mais comme je suis une femme un peu timide, j’ai également écris au supermarché en disant que les gens qui fessaient la queue en caisse m’ignoraient et que je n’osais m’imposer, et du jour au lendemain c’est la caissière qui était attentive a la queue de sa caisse et qui faisait passer les femmes enceintes … et là c’était pour moi, bien plus facile et moins génant!!
    Bisous

    J'aime

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s